L'homme qui marche au bord du monde

À travers l’itinéraire croisé de quatre personnages liés par un drame imprescriptible, L’homme qui marche au bord du monde retrace le destin d’un homme en quête de liberté. Décidé à briser un sort qui l’accable, César quitte sa terre natale et la femme qu’il aime. Quinze années durant, de l’Inde à la mer de Béring, il parcourt le monde et se fraye sa route comme on s’invente une nouvelle peau, malgré la violence et la brutalité des hommes.

Éditeur : Albin Michel, Paris, 2007, 266 pages

Auteur : Marie-Hélène Westphalen

Prix Charles Oulmont du Roman, sous l’égide de la Fondation de France.

Bourse Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres.

Ils en parlent

« Beau et tragique »

  • Bernard Babkine
  • Marie-France, mai 2007

« Dans ce premier roman, un souffle haletant parcourt chaque page du récit. La romancière a le talent de créer des personnages d’une grandeur admirable, coincés entre le vide et l’abîme de soi. » 

  • Isabelle Courty
  • Le Figaro Magazine, 5 mai 2007

« L’écriture, débarrassée de tout pathos, quasi-racinienne, est classique et pure. »

  • Bernard Babkine
  • Marie-France, mai 2007

« Créant un univers aussi fascinant qu’inquiétant, Marie-Hélène Westphalen nous emporte, sans réserves dans l’histoire de César, grâce à l’écriture sobre, et tellement rare, d’une belle raconteuse d’histoires. Envoûtant. »

  • Christophe Combarieu
  • Au Féminin.com, 30 avril 2007

« Avec ce premier roman, Marie-Hélène Westphalen s’inscrit d’emblée dans le petit cercle des écrivains français à suivre, par la personnalité de son écriture, tout en nuances et en forces, par la douceur ou la violence de son sujet qui s’inscrit dans la tragique de l’existence, jamais lasse d’espérer, toujours en attente d’un salut. » 

  • Joël Schmidt
  • Réforme, 12-18 avril 2007

« Chaque page finement ciselée invite à tourner la suivante »

  • Joël Schmidt
  • Réforme, 12-18 avril 2007